Signature des conventions de financement du projet PHARE : la France apporte son appui à l’électrification rurale au Mali (9 juin 2016)

La France et l’Union européenne apportent leur appui à l’électrification rurale au Mali pour un montant de 25 milliards de FCFA.

La cérémonie de signature des conventions de financement du projet PHARE (Production Hybride et Accès Rural à l’Electricité) entre l’Agence française de développement et la République du Mali a été organisée à Koulouba le 9 juin 2016. Ce financement de 25 milliards de francs CFA porte le montant des appuis de l’AFD au Mali à plus de 66 milliards de francs CFA depuis le début de l’année 2016. Etaient notamment présents à cette cérémonie M. Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine, Dr. Boubou Cissé, Ministre de l’Economie et des Finances, M. Mamadou Frankaly KEITA, Ministre de l’Energie et de l’Eau, son Excellence M. Gilles Huberson, Ambassadeur de France et son Excellence M. Alain Holleville, Ambassadeur de l’Union Européenne.

Le projet PHARE a pour objectif d’étendre l’accès à l’électricité des populations rurales isolées et de promouvoir les sources d’énergie locales, renouvelables et à moindre coût.

Ce projet, porté par l’Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et l’Electrification Rurale (AMADER), a l’ambition de renforcer l’accès des populations rurales à l’électricité, de promouvoir les sources énergétiques locales et renouvelables et de faire baisser le coût de revient de l’énergie produite. Il s’appuie pour cela sur un modèle innovant d’électrification des zones non raccordées au réseau par des mini-centrales exploitées par des opérateurs privés nationaux ou régionaux.

Le projet PHARE consiste à convertir en systèmes hybrides solaire-diesel les groupes thermiques d’une soixantaine de localités rurales isolées, à augmenter les capacités installées, à étendre les mini-réseaux électriques et à renforcer l’implication des acteurs privés qui exploitent ces centrales. Il est financé par un prêt souverain de 20 M€ (soit 13,1 Mds F CFA) de l’AFD, une subvention de 18 M€ (soit 11,8 Mds F CFA) du Fonds fiduciaire européen pour les infrastructures en Afrique gérée par l’AFD, une contribution de 1 M€ (soit 600 M F CFA) de l’État malien et une participation des exploitants privés maliens de 2 M€ (soit 1,3 Md F CFA).

Ce projet s’articule autour de trois composantes : (i) une composante d’hybridation solaire de la production thermique de centrales isolées ; (ii) une composante d’extension des mini-réseaux locaux et de branchement de nouveaux usagers ; et (iii) une composante de renforcement de capacités de l’AMADER et des opérateurs privés exploitant les centrales thermiques.

Il permettra de fournir un service d’électricité fiable, abordable et pérenne à plus de 150.000 personnes vivant dans ces localités rurales isolées, afin de (i) favoriser la croissance des activités économiques, (ii) améliorer le fonctionnement des infrastructures sociales et (iii) améliorer les conditions de vie des populations.

Après le financement de projets d’appui au secteur de l’eau (le projet KABALA 2 pour un montant de 53 M€, soit 35 Mds F CFA) et de l’éducation (le projet PAQAMA pour un montant de 10 M€, soit 6,5 Mds F CFA), ce nouveau financement porte à plus de 66 milliards F CFA le montant des appuis de l’AFD au Mali depuis le début de l’année 2016.

JPEG - 73.4 ko

Dernière modification : 13/06/2016

Haut de page