La France soutient le Programme Alimentaire Mondial dans sa lutte contre la malnutrition.

Le 6 octobre 2015, l’Ambassadeur de France au Mali s’est rendu à Tombouctou pour la visite du Centre de Santé Communautaire (CSCOM) de Bella-Farandi où le Programme Alimentaire Mondial met en œuvre un projet de prise en charge de la malnutrition aiguë modérée avec son partenaire Welthungerhilfe, ONG allemande.

Dans le cadre de sa stratégie 2015 au Mali en matière d’aide alimentaire, la France a apporté un appui d’1,3 million d’euros au programme d’urgence du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Ces actions ont pour objectif de renforcer la résilience et améliorer la nutrition des populations vulnérables au Mali.

JPEG - 83.2 ko
Mot de bienvenue de la présidente du CSCOM, Mme Dicko Agaïchatou Maïga

Dans ce cadre, l’Ambassadeur de France au Mali, M. Gilles Huberson, a visité le CSCOM de Bella-Farandi à Tombouctou, en présence de la représentante du PAM, Mme Sally Haydock, et du Troisième secrétaire de l’Ambassade de la République fédérale d’Allemagne, M. Joschka Mowitz.

JPEG - 92.5 ko
Démonstration de dépistage de la malnutrition par la directrice technique, Docteur Sidibe Kadidiatou Diarra

Le CSCOM couvre une population de plus de 23 000 habitants. L’objectif du projet est la réduction du taux de malnutrition aiguë globale chez les enfants de 6 à 59 mois et chez les femmes enceintes et allaitantes. Le Centre procède au dépistage et assure la prise en charge des personnes en situation de malnutrition par la distribution de compléments nutritionnels (Plumpy Sup). Afin de prévenir l’état de malnutrition, des séances d’information, d’éducation et de communication sont également dispensées.

JPEG - 82.2 ko
Séance d’information, d’éducation et de communication

Au Mali, la situation nutritionnelle demeure préoccupante. Cette année, à Tombouctou, 17,5% des enfants de 6 à 59 mois souffrent de malnutrition aiguë. La France, par l’aide alimentaire qu’elle apporte, souhaite répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels les plus urgents, tout en contribuant à la sauvegarde et à la réhabilitation des conditions de subsistance des populations concernées.

Dernière modification : 27/11/2015

Haut de page