Discours de M. Laurent Fabius lors de la clôture de la Conférence scientifique à l’UNESCO « Our common future under climate change »

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international lors de la clôture de la Conférence scientifique à l’UNESCO « Our common future under climate change »

Paris, 10 juillet 2015


Monsieur le Président du GIEC,
Messieurs les co-présidents du groupe ADP,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

La COP 21 aura lieu dans moins de 150 jours ici même à Paris, ou plus exactement – puisque je m’adresse à des scientifiques, je dois être précis – au Bourget, à quelques kilomètres.

Quittant cet après-midi la négociation sur le nucléaire iranien en Autriche avant d’y retourner ce soir, j’ai tenu à être là pour la conclusion de vos travaux. Parce que, sur le chemin qui nous mène vers la COP 21, votre réunion est une étape doublement importante. Sur le plan scientifique, d’abord : votre rencontre, le plus grand rassemblement de la communauté scientifique avant Paris, a permis d’approfondir encore notre connaissance du réchauffement climatique, de ses effets, et des solutions que nous pouvons y apporter. Elle est importante aussi sur le plan politique : vous lancez aux dirigeants du monde un nouvel appel à l’action. L’expression « piqûre de rappel » a été employée : je me réjouis de trouver en vous des alliés, car dans ce domaine plusieurs piqûres valent beaucoup mieux qu’une.

Cette conférence constitue donc une initiative remarquable, j’en félicite les organisateurs, notamment MM. Jouzel et Le Treut ; l’un et l’autre ont bien voulu accepter de participer aux réunions que je préside chaque mois pour préparer la COP 21 – ce que nous appelons le « comité de pilotage » –, leurs avis éclairés nous sont extrêmement utiles.

Je veux saluer tous les scientifiques présents, originaires de plus de 100 pays et représentant toutes les disciplines. Votre mobilisation a permis des échanges riches, notamment grâce à la présence de nombreux représentants de pays du Sud. Je salue tous les autres participants : élus, responsables d’entreprises et d’ONG, citoyens, et la presse qui relaie très utilement nos débats. Votre présence montre que l’action pour notre planète doit être l’affaire de tous.

Mesdames et Messieurs,

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui constitue l’une des grandes causes de notre génération – peut-être même la plus grande car elle est en amont de beaucoup d’autres –, le rôle des scientifiques a été et demeure fondamental.

D’abord, sur le constat. C’est aux scientifiques, à vous, que le monde doit d’être entré dans ce que Jean Jouzel a appelé « le temps des certitudes ».

Il est fini en effet le temps où la réalité du changement climatique et son origine humaine étaient contestées, y compris en France. Le mérite en revient à l’ensemble de la communauté scientifique, et d’abord au GIEC, qui a accompli depuis sa création en 1988 un travail exceptionnel. Ses rapports ont constitué autant de coups utilement portés au climato-scepticisme. Les diagnostics établis sont devenus incontestés. Par leur qualité et par leur probité, vous vous êtes donné les moyens d’être incontestables. Rarement l’effet positif de l’esprit scientifique et de l’action de la recherche aura été aussi net. Vous avez rendu indéfendable le climato-scepticisme, irresponsable le climato-fatalisme et, je l’espère, incontournable le climato-volontarisme.

Mais avant cela, vous avez dû affronter les doutes, les critiques, les mises en cause – toutes n’étant pas guidées par le souci exclusif de la vérité scientifique. La rigueur de votre travail l’a emporté. Aujourd’hui, dans les négociations, la réalité du changement climatique et son origine humaine ne sont plus sérieusement mises en cause : elles constituent un acquis. Cette victoire, Mesdames et Messieurs, est la vôtre.

Au-delà du constat, la communauté scientifique a joué et joue un rôle essentiel d’alerte. Les rapports du GIEC ne se contentent pas d’analyser les causes du réchauffement et de poser un diagnostic sur la situation ; ils sont un appel au sursaut mondial, en définissant les trois côtés du triangle de base du savoir climatique : 1er côté, les conséquences de l’inaction seraient irréversibles et dévastatrices ; 2e côté, il est encore possible d’agir ; 3e côté il y a urgence.

C’est par la science que nous savons en effet qu’un réchauffement de 3, 4 voire 5° C – correspondant au scénario de l’inaction – aboutirait à une planète de tous les dangers. C’est par la science que nous savons que les effets du dérèglement du climat toucheraient plus violemment certaines régions du monde, mais qu’aucune ne serait épargnée. C’est par la science que nous savons que le coût de la non-décision, et d’abord pour les plus pauvres, serait exorbitant.

Enfin, je veux souligner le rôle crucial des scientifiques, votre rôle dans les solutions. La science a permis de dépasser le débat sur le « faut-il agir ? » ; elle donne des clés pour le « comment agir ? ».

Ce sont les scientifiques qui nous indiquent la trajectoire à suivre pour contenir le réchauffement au-dessous de 1,5° ou 2° C. Nous savons en particulier qu’atteindre cet objectif nécessite de respecter un pic des émissions mondiales au cours de l’actuelle décennie, de réduire ces émissions de 40 à 70 % entre 2010 et 2050, et de parvenir à la « neutralité carbone » dans la deuxième moitié du siècle.

Ce sont aussi les scientifiques qui s’impliquent dans la conception puis l’évaluation des solutions concrètes permettant l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre ou l’adaptation aux effets du dérèglement climatique. Avec cette conférence, vous avez montré, toutes disciplines confondues, que la science de l’alerte climatique était aussi, et de plus en plus, une science des solutions pour la planète.

Mesdames et Messieurs,

Savoir oui, mais savoir pour agir. Il est indispensable que la COP 21 aboutisse en décembre à un accord – et un accord à la hauteur du défi climatique. Notre objectif est de parvenir à une « Alliance de Paris », qui comporterait quatre objectifs, quatre piliers. Je voudrais, comme Président de cette COP, vous en dire où nous en sommes quelques mots.

1/ Le premier pilier, ce doit être l’accord lui-même, un accord universel et juridiquement contraignant. Cet accord devra être équitable, c’est-à-dire prévoir des efforts différenciés selon les pays, s’accompagner d’une solidarité financière et technologique à l’égard des pays les plus pauvres, et mieux prendre en compte l’adaptation aux effets du changement climatique. Cet accord devra être durable, ni se désintéresser de la période pré-2020 ni s’arrêter brusquement en 2030, mais comporter des actions immédiates et se prolonger, car nous ne pouvons pas renégocier les règles et principes communs tous les dix ans. Il faudra donc qu’il comporte un « mécanisme de révision », qui invite les Etats à évaluer et à revoir régulièrement à la hausse les engagements initiaux. Un accord durable est d’ailleurs la condition d’un accord ambitieux : la COP 21 ne doit pas être qu’un point d’aboutissement, mais aussi et surtout un point de départ d’une période et d’une démarche nouvelles.

A cet égard, les discussions progressent mais, comme j’ai eu l’occasion de le dire récemment devant l’ONU à New York, elles doivent s’accélérer. C’est pourquoi, outre les importants travaux de l’ADP, je réunirai à plusieurs reprises les ministres d’une quarantaine de pays représentatifs de l’ensemble des parties, afin d’identifier des compromis sur les cinq ou six sujets qui ne pourront être tranchés qu’à un niveau politique. Je présiderai la première de ces réunions les 20 et 21 juillet prochains à Paris.

2/ Le deuxième objectif, c’est la présentation, avant même la COP par l’ensemble des pays, de leur « contribution nationale », en anglais INDC. Pour la première fois dans l’histoire des négociations climatiques, tous les Etats se sont engagés à prendre des engagements de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Plus de quarante pays ont déjà soumis leur contribution, tout récemment la Chine, qui a rendu publics ses engagements ici même à Paris la semaine dernière. Plus de la moitié des émissions mondiales sont désormais couvertes. Dans ce processus de publication des contributions, il y a quelques déceptions, mais aussi de bonnes surprises.

Je vous invite à saisir l’occasion de la préparation ou de la publication des INDC pour peser dans les débats nationaux, par exemple en évaluant la faisabilité des objectifs, en anticipant les conséquences des politiques annoncées, en mesurant l’adéquation des politiques d’adaptation aux impacts prévus pour tel ou tel pays, ou en présentant des scénarios alternatifs. Dans ce travail que conduisent tous les gouvernements – beaucoup pour la première fois –, votre expertise scientifique est précieuse.

La publication des contributions est encore loin de son terme, mais beaucoup – notamment parmi vous – craignent déjà que la somme de ces engagements ne permette pas de contenir le réchauffement planétaire en-dessous des 2° C. Nous continuerons d’œuvrer avant la COP 21 pour le niveau d’ambition soit le plus élevé possible, mais si cette crainte se vérifie, cela rendrait-il pour autant la conférence inutile ? Certainement pas ! Tout au contraire. Je souhaite, je l’ai dit, que nous adoptions précisément en décembre un accord durable et dynamique, qui nous permette de revenir progressivement par de multiples actions sur une trajectoire compatible avec les préconisations de la science.

3/ Le troisième pilier, ce sont ces actions exigeant des moyens financiers et technologiques. Lundi, je serai à Addis-Abeba pour discuter financement du développement. S’agissant du climat – et les deux domaines ne sont pas étrangers les uns aux autres –, il nous faut garantir que sera tenu l’engagement pris à Copenhague en 2009 de mobiliser, en priorité vers les pays les plus pauvres et les plus vulnérables, 100 milliards de dollars de financements publics et privés par an d’ici 2020 – dont une partie transitera par le Fonds vert. Plus largement, nous devrons mettre en place les règles et les incitations pour permettre une réorientation profonde des flux financiers publics et privés vers l’économie sobre en carbone. Des signes positifs existent mais là aussi il faut les amplifier. Quand les agences de notation commencent à prendre financièrement en compte le « risque climatique », quand de grands Fonds décident de désinvestir dans le charbon, quand de plus en plus de responsables réfléchissent aux moyens concrets de financer davantage l’innovation, quand certains groupes pétroliers eux-mêmes réclament la fixation d’un prix du carbone, quand de plus en plus de pays réduisent leurs subventions aux énergies fossiles, cela veut dire que les choses bougent positivement dans cette direction.

4/ Quatrième et dernier pilier – et c’est une novation dans les négociations climatiques –, la mobilisation des acteurs non étatiques : collectivités locales, entreprises, associations, société civile. Ce que nous appelons « l’Agenda des solutions ». Depuis le sommet de New York organisé en septembre 2014 par le Secrétaire général des Nations Unies, de plus en plus d’acteurs développent des initiatives « climato-exemplaires ». La COP 20 à Lima en décembre dernier a proposé un « Plan d’action de Lima à Paris ». Aujourd’hui, en collaboration avec le Pérou, le Secrétariat Général des Nations Unies et le Secrétariat de la Convention climat, nous encourageons tous ces acteurs à aller plus loin, à structurer leurs démarches, et à améliorer leur diffusion à travers l’utilisation du portail appelé NAZCA. Ces engagements sont essentiels pour l’efficacité de l’action. Ils ne se substituent pas à ceux des Etats, ils les renforcent. Et c’est par l’addition de toutes ces actions que nous pourrons atteindre l’objectif.

Mesdames et Messieurs,

Vous avez choisi d’intituler votre conférence : « Our common future under climate change ». C’est exactement ce dont il s’agit, notre avenir commun. Notre avenir est soumis à une menace globale. Globale par son ampleur, car aucune région du monde n’échapperait aux conséquences de l’inaction. Globale par ses effets, car le dérèglement du climat aurait de terribles conséquences environnementales et sur la biodiversité, mais aussi sur la santé publique, sur la pauvreté, sur le développement, sur la sécurité et sur la paix.

Cette menace, vous l’avez annoncée et vous l’avez documentée. Vous avez mis en garde les dirigeants du monde, vous les avez appelés à agir, et à agir vite. Aujourd’hui, votre message est entendu partout, comme il ne l’a sans doute jamais été au cours des dernières décennies. Je veux vous remercier pour votre travail, vous féliciter pour votre mobilisation, vous assurer que nous ferons tout pour ne pas vous décevoir à Paris en décembre, et vous encourager à poursuivre.

Car l’hommage, qui je veux vous rendre, qui trouve son expression pleinement légitime ici à l’UNESCO, je le destine à toute la science, à toutes les sciences. La lutte contre le changement climatique a besoin de toutes les sciences : les climatologues, les glaciologues, les écologues, les biologistes, les océanologues, les statisticiens, les économistes, les urbanistes, les géographes, les physiciens, les spécialistes de l’espace, les agronomes, les médecins, les géostratèges, les politologues, les anthropologues, les sociologues, les historiens, les philosophes, car les sciences humaines et les sciences dures – qui ne sont pas inhumaines –, toutes les sciences ou presque, tous les chercheurs sont requis d’apporter leur concours pour établir les diagnostics, asseoir les pronostics et proposer les solutions.

Qu’est-ce qu’un responsable ? C’est quelqu’un qui doit apporter des réponses. Les responsables politiques, à partir de votre expertise, devront apporter des réponses. Votre mission restera essentielle dans les années à venir, car il vous appartiendra de continuer à contribuer aux solutions : la construction du monde nouveau et décarboné de demain dépend pour une large part de vous. Vous avez montré, à travers vos travaux depuis des années et ces derniers jours, y compris dans la déclaration finale que vous venez d’adopter, que vous étiez déterminés à œuvrer en ce sens.

Je vous donne donc rendez-vous à Paris pour la COP 21. Je veillerai à ce que la science soit mise à l’honneur pour la conférence. Elle aura une place centrale, car c’est la place qu’elle mérite. Merci.

Dernière modification : 13/07/2015

Haut de page