Coopération décentralisée

68 collectivités françaises mènent des activités au Mali en 2015 :


- 46 communes
- 9 conseils généraux
- 5 conseils régionaux
- 8 intercommunalités et syndicats

L’Aide Publique au Développement (APD) pour l’année 2014, qui a transité par les coopérations décentralisées, en faveur du Mali, a atteint un montant d’environ 4 M€.

Entre 2013 et 2015, les projets des collectivités françaises ont contribué à l’Aide publique au développement (APD) mise en œuvre dans le cadre de partenariats de coopération décentralisée, en direction du Mali, à hauteur de près de 8 M€.

APD mise en œuvre au Mali dans le cadre de partenariats de coopération décentralisée (source : DAECT)
AnnéeMontants en cours (en €)
2014 4 032 000
2013 3 276 819
2012 4 894 547
2011 6 109 591

Les collectivités maliennes et françaises mènent des projets touchant une grande diversité sectorielle : protection de l’environnement, commerce, aide alimentaire et aide humanitaire, eau et assainissement, santé, gouvernance locale, agriculture et développement rural, éducation.

Historique

Le premier lien entre collectivités territoriales française et malienne a vu le jour entre Koutiala et la communauté urbaine d’Alençon en 1961. A la fin des années 1970, le Mali comptait six jumelages ou protocoles d’amitié. Ces partenariats, basés sur les relations humaines, ont tout d’abord revêtu un fort caractère socioculturel, la rencontre avec d’autres cultures étant alors leur leitmotiv.

Pendant les deux décennies suivantes le nombre de collectivités françaises impliquées dans la coopération a considérablement augmenté, passant d’une poignée à plus de 80.

Durant les années 2000, environ 80 nouvelles collectivités viennent s’ajouter à celle déjà existantes. Les domaines d’intervention de la coopération décentralisée sont variés. Quelles que soient les thématiques, les collectivités territoriales françaises se positionnent souvent en appui à la maitrise d’ouvrage et orientent de plus en plus leur coopération sur le renforcement de capacité des élus et agents des collectivités.

En 2014, le jumelage entre les villes d’Angers et de Bamako a fêté ses 40 années d’existence. Des événements ont eu lieu en France et au Mali et ont rassemblé les élus et les sociétés civiles angevins et bamakois. En effet, la Ville d’Angers conduit depuis 1974 un partenariat de jumelage avec la capitale malienne, Bamako. Cette coopération concerne les secteurs de la santé publique – partenariat entre le CHU d’Angers avec l’Hôpital du Point G à Bamako –, l’éducation et l’enfance, la gestion des déchets, l’eau et l’assainissement, les sports et le développement durable.

La Maison du Partenariats Angers-Bamako (MPAB), située à Bamako, est l’illustration de la volonté de la ville d’Angers, de soutenir l’engagement de la société civile et d’accompagner les porteurs de projets depuis 1997. Depuis 2014, la MPAB est ouverte à toutes les collectivités partenaires de Bamako et à toutes celles menant des projets au Mali.

ÉTATS DES LIEUX

La coopération décentralisée franco-malienne concerne aujourd’hui toutes les grandes villes du pays et environ 15% des collectivités maliennes. La répartition spatiale de ces partenariats a peu changé depuis ses débuts.

La Région de Kayes est, et depuis longtemps, la première région du Mali concernée par la coopération décentralisée. Elle peut compter sur un réseau d’acteurs importants et fortement représentés tels que la Région Ile-de-France et de nombreuses municipalités franciliennes, ainsi que la Région Nord-Pas de Calais et le Conseil Général du Pas-de-Calais. Elle est également entourée par un réseau d’Organisations de solidarité issues des migrations (OSIM) pour entretenir et faire vivre ce lien entre collectivités. Ces acteurs peuvent bénéficier de soutiens financiers pour la mise en œuvre de leurs projets, comme ceux proposés par l’appel à projets co-développement décentralisée de la Région Ile-de-France.

Vient ensuite la Région de Mopti, qui comptabilise plus d’une quinzaine de partenariats entre différents niveaux de collectivités. Les régions du Centre et du Sud du Mali, comptent à elles trois une vingtaine de coopérations.

Dans le district de Bamako, l’augmentation rapide de la population a remis au centre des priorités la question urbaine. La ville voit ses partenariats historiques comme ceux qu’elle a noués avec les villes de Bordeaux, Lyon et Angers se renforcer. Ces coopérations de municipalité à municipalité pourraient bientôt être fédérées par la relance de la plateforme des villes partenaires de Bamako, dont la première rencontre s’était déroulée à Angers en 2011, ville à l’initiative de ce dispositif.

Etant donné le contexte politique et sécuritaire instable qui prévaut au Nord-Mali, les trois Régions de Kidal, Tombouctou et Gao, sont, pour des raisons de sécurité, des zones où les coopérations décentralisées sont en veille depuis 2012. Toutefois, les collectivités françaises continuent d’être solidaires. Certaines participent en effet au fonds de solidarité Mali, à l’initiative du groupe-pays de Cités Unies France (CUF). La récente signature de l’accord de paix inter malien devrait permettre la remobilisation des collectivités qui étaient impliquées au nord du pays.

L’importance qui est aujourd’hui reconnue aux autorités locales maliennes dans les politiques de développement procure à la coopération décentralisée une réelle légitimité en tant que partenaire pour la coopération au développement.

Le rôle du ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI)

Un rôle important de coordination et d’information

Le MAEDI met à disposition un outil fiable sur les actions internationales des collectivités, l’atlas de la coopération décentralisée que les collectivités territoriales françaises ont l’obligation de mettre à jour, afin d’encourager et d’améliorer la cohérence et la coordination des différentes actions françaises.

L’Ambassade de France au Mali, à travers son Service de coopération et d’action culturelle (SCAC), accueille et oriente les collectivités territoriales françaises intervenant sur le terrain. Elle tient également à jour une base de données sur la coopération décentralisée franco-malienne.

PDF - 75.7 ko
Partenariat de coopération décentralisée au Mali

La Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) met à disposition de tous les acteurs de la coopération décentralisée une bourse-projets de la coopération décentralisée. Cette bourse est un outil d’échanges qui recense des projets concrets menés par des collectivités locales de nos pays partenaires et qui peuvent intéresser des collectivités territoriales françaises.

Appel à projets de soutien à la coopération décentralisée

Depuis 2007, le MAEDI conduit une politique de partenariat avec les collectivités territoriales, fondée sur des appels à projets triennaux et annuels. Le SCAC de l’Ambassade oriente et informe les coopérations décentralisées en amont du dépôt de dossier, émet un avis sur ces projets et en assure le suivi au niveau local.

L’appel à projets triennal pour la période 2013-2015, en soutien à la coopération décentralisée, a permis le cofinancement des projets des collectivités françaises par la Délégation de l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT), pour un moment total de 1 396 000 €.

(source : DAECT)
ThématiqueNombre de dossiersCofinancement DAECT accordé (en €)
Politiques de développement 1 147 000
Développement rural et agricole 3 471 000
Gouvernance locale et appui institutionnel 3 761 000
Eau, assainissement, déchets 1 17 000
Total 8 1 396 000

L’appel à projets Climat pour l’année 2015 est en cohérence avec l’engagement de la France dans la perspective de la conférence « Paris Climat 2015 » qui se déroulera à Paris en fin d’année. Il est issu de la mobilisation du MAEDI, du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et du Ministère de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt. L’appel à projets « Climat » soutient pour un montant total de 2 688 151 €, des projets de coopérations décentralisées qui ont pour objectifs de :

  • promouvoir l’expertise des collectivités territoriales françaises, en tant qu’acteurs engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique à l’international ;
  • réunir le savoir-faire et l’excellence des collectivités territoriales et des acteurs locaux étrangers en matière de gestion de projet international ;
  • apporter, via ces partenariats, une plus grande cohérence et une meilleure efficacité à l’action des collectivités territoriales françaises et des acteurs locaux étrangers dans la gestion de ces projets.

Trois projets sélectionnés au Mali ont bénéficié d’un cofinancement du MAEDI à travers la DAECT :

  • Le projet de lancement d’un réseau d’échange et de réflexion sur les enjeux de la lutte et de l’adaptation au dérèglement climatique et mise en œuvre d’actions pilotes en Chine, au Mali et en Haïti, porté par le Conseil Général de l’Essonne, en partenariat avec les Cercles de Diéma, Nioro et Douentza ;
  • Le projet de développement des énergies renouvelables au Mali (énergie solaire et biogaz), porté par Conseil Général Ille-et-Vilaine, en partenariat avec le Conseil Régional de Mopti ;
  • Le projet de gestion des ordures ménagères et de la contribution à la réduction de l’effet de serre par la diminution des incinérations sauvages, par le recyclage et la valorisation des déchets, porté par le jumelage entre Quétigny et Koulikoro.

Liens utiles

Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD)

Délégation de l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT)

Cités Unies France

Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) au Mali

Programme Solidarité Eau

Réseaux régionaux multi-acteurs (RRMA)

Agences de l’eau et SEDIF (Syndicat des Eaux d’Ile-de-France)

Associations de pouvoirs locaux maliennes : AMM (Association des municipalités du Mali), ACCM (Association des collectivités cercles du Mali) et ARM (Association des Régions du Mali)

Associations de pouvoirs locaux françaises : AMF (Association des maires de France), ADF (Assemblée des départements de France) et ARF (Association des Régions de France)

Association de pouvoirs locaux francophones : AIMF (Association internationale des maires francophones) et AIRF (Association internationale des régions francophones)

Si vous êtes une collectivité française intervenant au Mali et que vous souhaitez apparaitre dans la base de données de l’Ambassade de France nous vous prions de contacter : scac.bamako-amba@diplomatie.gouv.fr

Dernière modification : 13/07/2015

Haut de page